La Beauté de la lumière, comme celle de la musique, est celle de la rapidité, de la mobilité, de l'insaisissable.

Cette beauté que l'on croit enfin tenir, juste à l'instant de la concevoir, éphémère, fugace, fulgurante et qui s'est déjà évaporée.

Cette quête fabrique cette course, les voyages, les attentes, ces fièvres....

Le son est la musique de Eric Dhumez : "Eleven Two"